Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

image de couverture de la revue : "Salamandre"

image de couverture de la revue : "Salamandre"

Eléments et symbolique de la couleur blanche :

Dans beaucoup d'expressions, le blanc suggère une absence, un manque, une privation. C'est le cas en français, mais aussi dans d'autres langues. Ainsi une page blanche se définit par l'absence de texte. Une nuit blanche est une nuit sans sommeil. Une voix blanche n'a pas de timbre. Une balle à blanc n'a pas de projectile, un chèque en blanc, aucun montant ... Quant au mariage il est traditionnellement associé au blanc de la pureté et de la fidélité. N'empêche qu'on parle aussi de mariage blanc pour une union non consommée ou illicite.

Les trois couleurs au contraste desquelles nous sommes le plus sensible sont le blanc ... et le noir et le rouge, en quelque sorte ses deux contraires. Le rouge est la plus ancienne de nos couleurs. Qu'emportaient nos ancêtres chasseurs-cueilleurs ? Du silex ... et de l'ocre ! Avec ce pigment qu'ils savaient moduler en le réchauffant, ils peignaient des animaux, enduisaient leurs visages et leurs sépultures. Puis est venu le noir du charbon et le blanc du kaolin, une argile immaculée qu'on utilise aujourd'hui pour faire des porcelaines.


Symbolique du blanc
Comme sa contre-couleur, le noir, le blanc peut se situer aux deux extrémités de la gamme chromatique. Le blanc est une couleur absolue et, n'ayant d'autres variations que celles qui vont de la matité à la brillance, il signifie tantôt l'absence, tantôt la somme des couleurs. Il se place ainsi tantôt au départ, tantôt à l'aboutissement de la vie diurne et du monde manifesté qui lui confère alors une valeur idéale.
Le blanc est la couleur du "passage", au sens auquel on parle de rites de passage : il est justement la couleur privilégiée de ces rites par lesquels s'opèrent les mutations de l'être, selon le schéma classique de toute initiation : mort et renaissance. Le blanc de l'Ouest (le soleil en son coucher) est le blanc mat de la mort, qui absorbe l'être et qui conduit à l'absence, au vide nocturne, à la disparition de la conscience et des couleurs diurnes. Le blanc de l'Est (le lever du soleil), est celui du retour, c'est le blanc de l'aube où la voûte céleste réapparaît, vierge encore de couleurs.

Tout le symbolisme de la couleur blanche et de ses emplois rituels découle de cette observation de la nature, à partir de laquelle toutes les cultures humaines ont édifié leurs systèmes philosophiques et religieux.

Le peintre Kandinsky s'est, à ce sujet, exprimé comme personne :


"Le blanc, que l'on considère souvent comme une non-couleur, est comme le symbole d'un monde où toutes les couleurs en tant que propriétés de substances matérielles, se sont évanouies ... Le blanc agit sur notre âme comme le silence absolu ... ce silence n'est pas mort, il regorge de possibilités vivantes ... Ainsi, peut-être a résonné la terre blanche et froide, aux jours de l'époque glaciaire"

Sources : l'excellent dossier sur le blanc de la revue "Salamandre" et l'indispensable "Dictionnaire des symboles" de la collection "Bouquins" De Robert Laffont.
______________
Voir aussi : la page regroupant tous les liens vers des articles concernant le symbolisme (entre-autres, les couleurs)

Lumières sur le blanc ...
Tag(s) : #Franc-Maçonnerie- et -symbolisme

Partager cet article

Repost 0