Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Marilyn Horne
 
HORNE-2.jpg 

La découverte de cette voix (dans les années 70) a constitué, pour moi, un choc ... Un changement de ma perception du chant lyrique. Cette mezzo-soprano au timbre unique, reconnaissable dès la première note, porte l'art du chant à son sommet. Elle s'adresse à ceux qui l'écoutent, en parlant directement au coeur, faisant jaillir des émotions, que l'on aurait pas imaginé éprouver.
 
Marilyn Berneice Horne est née le 16 janvier 1929 (1934 dans certaines biographies) à Bradford en Pennsylvanie.
De son père Bentz Horne, ténor semi-professionnel de talent, elle reçoit,dès son enfance, les premières bases de l'enseignement du chant.
Dans un entretien accordé au magazine LYRICA en juillet-août 1981, elle affirme avoir commencé à chanter très tôt (quatre ans) et ne s'être apercu de l'existence de son registre grave (Un octave) qu'à quinze ans. "Je suis néammoins resté soprano, affirme-t-elle, et comme j'avais du succès j'aurais pu le rester pour toujours s'il n'y avait eu ce renouveau du bel canto."

En 1953, après une tournée en Europe avec la chorale de Robert Wagner, elle décide de voler de ses propre ailes. Ses débuts sur scène ont lieu en 1954 à Los Angeles dans le rôle, très grave, de Hata dans "La Fiancée vendue" de  B. Smetana.
L'été 1954, elle est la doublure vocale de l'actrice Dorothy Dandrige (Une voix claire et haute de soprano lyrique) dans l'enregistrement de la version signée par Oscar Hammerstein du chef-d'oeuvre de G.Bizet devenu un film important d'Otto Preminger.
Elle passe ensuite trois saisons (1957-1960) à l'opéra de Gelsenkirchen en Allemagne où elle chante quantité de rôle de soprano : Mimi de la Bohème, Minnie de la Fille du Far West de Puccini, Amélia de Simon Boccanegra, Tatiana de d'Eugène Onéguine etc ...
De retour aux Etats-Unis, elle débute à l'opéra de San Francisco dans Marie de Wozzeck d'Alban BERG chantant dans le même temps La Vecchia de Gianni Schicchi, un authentique rôle de contralto. Elle fait alors la connaissance du chef d'orchestre Henri Lewis qui la dirige dans Santuzza. Le premier juillet 1960, elle l'épouse. Ensemble ils auront une fille, Angela, née le 14 juin 1965. On sait que cette grossesse l'empêchera d'honorer un contrat au Carnegie Hall, le 22 avril 1965, ce qui permet à une certaine Montserrat Caballe de triompher dans Lucrezia Borgia et de devenir star en l'espace d'une soirée.
Le 29 janvier 1964, à Los Angeles, elle débute dans Arsace face à l'époustouflante Sémiramis de Joan Sutherland. Cette soirée marque un tournant décisif dans son évolution artistique car, jusque là, elle n'avait jamais utilisé son registre grave en force de peur de "perdre sa voix". Et l'on sait que c'est grâce à son aisance confondante dans l'agilita di forza propre aux grands rôles des opéras seria de Rossini qu'elle s'est rendue unique.
 
La Donna del Lago de G. ROSSINI
"Mura felici" en 1981
 
En 1961, c'est la naissance du plus grand duo vocal féminin depuis la Patti et l'Alboni (les grandes anciennes). duo (avec Joan Sutherland) qui connait de fabuleux succès dans la Norma de Bellini ou Semiramis de Rossini. Suivront de nombreux enregistrements.
La grande carrière commence alors pour Marilyn : Débuts au Coven Garden de Londres dans Marie de Wozzeck, à la Scala de Milan dans Jocaste (Oedipus Rex de Stravinski) au Métropolitan opéra de New-York dans Adalgisa (Norma de Bellini).
A partir de 1970, elle devient une habituée de la première scène américaine où elle chante : Rosine, Carmen, Orfeo, Eboli, Dalila ...
A Houston, en 1975, elle aborde pour la première fois l'opéra baroque : RINALDO de Georg Friedrich Haendel
 
"Cara Sposa" air célèbre de l'opéra Rinaldo  de G.F. HAENDEL 
 
La suite ICI
 
Tag(s) : #Cantatrices- et- chanteurs- d'opéra

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :