Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

ARIODANTE
Opéra composé en 1735 par G. F. Haendel (1685-1759)

 

 

L'histoire se passe en Écosse. Ariodante, prince de basse extraction, est amoureux de Ginevra fille du roi d'Écosse qui, malgré la différence de rang, lui rend son amour et se fiance avec lui ... le bonheur du couple est total alors même que cette union paraissait impossible à Ariodante.  Mais ... (parce qu'il y a toujours un "mais" à l'opéra) un rival jaloux s'arrange pour que le prince se croit trahi par la fille du roi ... Ariodante navigue alors entre son profond désespoir et son amour intact  - il est déterminé à mourir - tout au long d'un des plus beau air (plus de 10 minutes) écrit par G.F.Haendel pour une voix grave, le concept de mezzo soprano n'existait pas au XVIIIè siècle ... Laissez-vous porter par la voix, à la fois sombre et chaude, de Magalena Kozena qui déploie son art du chant
et ses qualités dramatiques
au cours de ce concert, pour nous faire ressentir les sentiments troublés du jeune prince Ariodante, rôle titre du somptueux opéra de Haendel ....

 

Attention, Chef-d'oeuvre !
G.F. Haendel, le vieux maître Saxon, sait bien, en vieux routier de la composition scénique qu'il est, qu'il faut du temps pour que le spectateur lâche prise et laisse enfin l'émotion du personnage l'envahir et retrouve en lui les émotions similaires qui lui permettront d'être en harmonie avec la musique ... c'est pourquoi cet air est relativement long et articulé en trois parties : d'abord la superbe mélodie du thème  principal se déploie, teintée du désespoir du jeune Ariodante meurtri par la trahison, comme la pulsation rythmique du chagrin, puis une deuxième partie [début de la deuxième vidéo de Jaroussky] où la colère l'emporte sur le chagrin (Haendel utilise une mélodie nouvelle, un autre thème), la troisième partie revient au thème du début et le désespoir est de retour, comme une fatalité. Haendel laissait la possibilité d'orner les mélodies différemment au moment de la reprise ... il faut donc observer les différences entre Magdalena Kozena et Philippe Jaroussky puisque le choix des variations autour du thème initial de chacun des deux artistes correspond à des composantes de leurs personnalités. L'émotion qui s'en suit est subtilement différente.

 

Scherza infida in grembo al drudo

Io tradito a morte in braccio

Per tua colpa ora men vo

Ma a spezzar l'indegno laccio

Ombra mesta, e spirto ignudo,

Per tua pena io tornero

 

Plaisante, infidèle, dans les bras de ton amant.

Et moi, trahi, je m'en vais maintenant me jeter,

Par ta faute, dans les bras de la mort.

Mais pour ta peine je reviendrai

en ombre mélancolique, en simple esprit,

briser ce lien infâme.

 

 

Un autre article concernant Magdalena Kozena ICI

 

Actuellement, on fait aussi chanter les airs de Haendel qui conviennent aux Mezzo-Soprano par des contre-ténors. Ici, c'est Philippe Jaroussky et son étonnante voix, qui endosse le costume d'Ariodante et qui interprète superbement cet air avec cœur, conviction et talent.

Concert dans la "Galerie des glaces" du Château de Versailles le 16 juin 2009.

 

 

Suite et fin ...

 

 

 

 

Tag(s) : #OPERA- et- musique- vocale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :