Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Les 10 et 11 décembre derniers ont été des journées noires  pour l'art lyrique, avec la disparition de deux cantatrices exceptionnelles, la Suisse Lisa Della Casa et la Russe Galina Vichnevskaïa, veuve du violoncelliste Mstislav Rostropovitch.

Galina Vichnevskaïa une légende du chant lyrique russe
Galina-Wishnevskaia.jpg 

La cantatrice russe Galina Vichnevskaïa, veuve du violoncelliste Mstislav Rostropovitch, est, décédée mardi 11 décembre 2012 à l'âge de 86 ans, a annoncé le service de presse de l'école qui porte son nom. "Elle est décédée dans sa datcha à Joukovka (banlieue de Moscou) parmi ses proches", a indiqué à l'AFP Ioulia Ivanova, la porte-parole du Centre de chant  Vichnevskaïa. Elle n'a pas précisé les causes de son décès mais a ajouté que la chanteuse s'était auparavant rendue en Allemagne pour recevoir des soins.
 
Née le 25 octobre 1926 à Léningrad, l'actuelle Saint-Pétersbourg, Vichnevskaïa y  fait ses débuts dans un théâtre d'opérette en 1944. Au début des années 1950, elle entre dans la fameuse troupe du théâtre Bolchoï de Moscou, où son talent lui permet de devenir rapidement principale soliste, chantant notamment dans "Eugène Onéguine" ou "La Dame de pique", deux opéras de Tchaïkovski basés sur des oeuvres d'Alexandre Pouchkine, qu'elle marquera de son empreinte.

Air de Lisa dans la "Dame de pique" de P.I. Tchaïkovski


En 2002, elle crée une école de chant à Moscou, qui prend son nom, et y donne des cours, toujours passionnée par son art et en perpétuelle quête de nouveaux talents. En 2006 elle s'est laissé convaincre, à 81 ans, de faire ses débuts au cinéma dans "Alexandra" sous la direction d'un des maîtres du 7e art russe, Alexandre Sokourov.
 
Outre leur brillante carrière, le couple qu'elle forme avec Rostropovich, restera dans les mémoires pour ses prises de positions courageuses à l'époque soviétique. Les deux artistes ont pris notamment la défense de deux figures majeures de la dissidence, l'écrivain Alexandre Soljénitsyne (qu'ils ont même hébergé pendant un temps) et l'académicien Andreï Sakharov, défiant ainsi ouvertement le Kremlin. Le couple était de surcroît connu pour être proche de deux compositeurs en disgrâce sous Staline, Sergueï Prokofiev et Dmitri Chostakovitch. Le couple fut contraint à l'exil de 1974 à 1990.

Le Premier ministre russe Dmitri Medvedev a déjà présenté ses condoléances aux proches de la chanteuse. L'enterrement aura lieu jeudi, a précisé Mme Ivanova à la radio Echo de Moscou. L'époux de Galina Vichnevskaïa, le violoncelliste Mstislav Rostropovitch, est décédé en 2007 à l'âge de 80 ans.

  Dotée d'une voix ample, au timbre rauque, parfois un peu strident dans l'aigu, elle a marquée son époque par un sens musical hors du commun, un art du chant poussé jusqu'à la perfection. Par ses concerts et ses enregistrements elle a offert au monde entier l'essence du chant russe qu'elle a fait découvrir à toute une génération (la mienne).


Lisa Della Casa une grande interprète de Mozart et de Strauss
Lisa-della-Casa.jpg 

Née le 2 février 1919 à Burgdorf, en Suisse, Lisa Della Casa est décédée à Münsterlingen, au bord du lac de Constance le 10 décembre 2012 à l'âge de 93 ans. Outre ses interprétations des opéras du compositeur autrichien Wolfgang  Amadeus Mozart, la soprano suisse, qui était d'une grande beauté, s'est aussi  illustrée dans les airs et opéras du compositeur allemand Richard Strauss,  ainsi que dans des concerts de Lieder.
Elève de Margarethe Haeser à Zürich, elle a débuté sur scène en 1941 dans  le rôle de Cio-Cio-San ("Madame Butterfly" du compositeur italien Giacomo  Puccini) à l'Opéra de Solothurn-Biel. En 1947 démarre sa carrière  internationale au prestigieux Festival de Salzbourg, en Autriche, avec le rôle  de Zdenka dans "Arabella" de Richard Strauss.  Elle a ensuite chanté sur les scènes des plus grands opéras du monde, du  Staatsoper de Vienne au Metropolitan Opera de New York en passant par la Scala à Milan et Covent Garden à Londres.

Air de Donna Elvira dans Don Giovanni W.A. Mozart (1959)



Ses principaux rôles ont été la Comtesse des "Noces de Figaro", la  Maréchale du "Chevalier à la Rose", Pamina dans "La Flûte enchantée", Donna Elvira dans "Don Giovanni", ainsi que les rôles-titres dans "Ariane à Naxos" et "Arabella". Elle a aussi réalisé des dizaines d'enregistrements de référence, tant de l'oeuvre de Mozart que de celle de Richard Strauss. "Lisa Della Casa, dans ses concerts, à l'opéra ou dans ses enregistrements, a enthousiasmé des générations d'artistes lyriques et de spectateurs", a déclaré le Directeur général de l'Opéra de Vienne, le Français Dominique Meyer. Lisa Della Casa avait débuté au Staatsoper en 1947 et y a donné 411 représentations dans 27 rôles, la dernière, le 25 octobre 1973 dans "Arabella".

Le sublime air d'Ariane "Ein schönes war" dans l'opéra de Richard Strauss : "Ariane à Naxos"
(enregistré en 1959)


  Lisa Della Casa était par sa beauté physique et par la beauté de son chant une cantatrice d'exception. Sa voix au timbre velouté, au phrasé sans faille et au legato parfait, portait ceux qui l'écoutaient jusqu'au summum du chant lyrique. Sa carrière à quelque peu pâti de la notoriété hors normes de son exacte contemporaine Elisabeth Schwarzkopf ... alors qu'elle était beaucoup plus près que sa célèbre consoeur (parfois non dénuée d'afféteries) de la pureté du chant lyrique. Elle m'a également beaucoup marquée et formé mon oreille d'amoureux d'opéra.
Merci madame, chapeau bas ! 

 

Tag(s) : #OPERA- et- musique- vocale

Partager cet article

Repost 0