Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


 

Cet article fait suite à l'article Edda Moser

Edda-Moserhqdefault.jpg

Singulier parcours que celui de la soprano allemande Edda Moser (fille du grand musicologue Hans Joachim Moser). Elle est née le 27 octobre 1938 à Berlin.
Elle fait ses début en 1962 dans le rôle de Kate Pinkerton dans l'Opéra : "Madame Butterfly" de G. Puccini à l'opéra d'état de Berlin.
Sa voix de soprano lyrico-dramatique (ou lyrico-spinto) lui permet d'aborder, tout au long de sa carrière, des rôles aussi divers que : La Reine de la Nuit (La Flûte Enchantée) le bel canto (Lucia di Lammermoor) et même des rôles wagnériens comme la Brünnhilde du "Crépuscule des Dieux" de Richard Wagner. Cependant, c'est comme interprète de Mozart qu'elle est reconnue au niveau international : Enorme succès au métropolitan opéra de New-york au moment de sa prise du rôle de la Reine de la Nuit ... à cette époque on est habitué aux voix légères dans les deux redoutables airs de la Flûte enchantée, Edda Moser apporte tout ce qui manquait à ce rôle : l'engagement dramatique, un véritable timbre, un peu effrayant, qui correspond tout à fait à la noirceur du personnage de la Reine et, pour couronner le tout une tessiture très étendue qui lui permet d'affronter, sans problème,  les notes suraiguës des deux airs. Sa performance dans l'aigu ne s'arrête pas là puisqu'en 1971 elle grave le célèbre récital Mozart : "Airs virtuoses de Mozart" chez EMI, où elle aborde le terrible air de concert : "Popoli di Tessaglia" K 316 qui comporte une des notes les plus aigue qu'il soit possible de chanter : Un Contre-sol aigu. dont on peut avoir un exemple dans la vidéo ci-dessous, deuxième partie de l'Air de Concert en question :

Air de la reine de la nuit de W.A. Mozart

 

 

Sa popularité sera encore accrue par le tournage du film de Joseph Losey (1978) : Don Giovanni ou elle incarne  avec un talent digne de la grande actrice dramatique qu'elle est : Donna Anna.

 

En 1983, en compagnie de Marilyn Horne et de Samuel Ramey elle aborde, toujours à New-york, le rôle d'Armida dans le "Rinaldo" de G.F. Haendel, avec un immense succès. 

Elle se produit, par ailleurs, souvent en récital et chante (entre-autres) des lieders de Brahms le "Liebestreu" suit :



À partir des année 1980, elle se tourne vers des rôles plus dramatiques : Salomé (Richard Strauss,) Fidelio (Beethoven) Sieglinde et Brünhilde (La Walkyrie de Richard Wagner)
Mais avant tout, elle reste une immense mozartienne toujours juste de style et de ton ...
Ci-dessous : l'air si rarement réussi : "Martern aller arten" de "L'enlèvement au Sérail"


Après 35 ans au service de l'opéra et du récital lyrique, elle met un terme à sa carrière en
1996 et se consacre, depuis, à l'enseignement au conservatoire de Cologne.

 


Pour moi, Edda Moser est l'archétype de la cantatrice idéale. Elle possède naturellement toutes les qualités vocales (legato - timbre rare), physiques (la beauté est un atout à l'opéra) et dramatiques (intelligence et talent) nécessaires à l'interprétation d'une oeuvre lyrique, elle comprend les styles et adapte son chant au compositeur et à l'oeuvre ... J'ai eu la chance d'entendre un récital de lieder un peu avant la fin de sa carrière et j'ai été frappé, outre la beauté de la femme et de la voix, par sa capacité à incarner des personnages différents et à les faire vivre jusque sur les traits de son visage (j'étais au premier rang) ... la voix n'était plus celle de la Reine de la Nuit ni même celle des rôles dramatiques de la fin de sa carrière, mais sa technique était intacte et son timbre toujours présent, seul le souffle pouvait lui manquer, par moment. Ce récital figure toujours dans le panthéon des moments lyriques d'exception auxquels il m'a été donné d'assister.
Un grand merci, Madame MOSER

 



Edda Moser, Mozart "Airs d'opéras et de concerts" à très petit prix :  vous pouvez acheter ICI


Tag(s) : #Cantatrices- et- chanteurs- d'opéra

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :