Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

TOUT UN MONDE POÉTIQUE À DÉCOUVRIR !

François Cheng

Né en 1929 dans une famille de lettrés universitaires, François Cheng arrive en France en 1948. Il s'y installe et décide de créer désormais dans cette langue qu'il connaît déjà bien pour avoir traduit en chinois nombre de poète français.
Ce passeur explore les subtiles profondeurs de la peinture chinoise dans de magnifiques monographies et, en parallèle, construit une oeuvre personnelle qui prend deux formes : elle est visuelle de par sa production calligraphique chinoise originale, et littéraire de par son abondante oeuvre poétique rédigée en français. En 2000 François Cheng est élu à l'académie française. Certains de ses poèmes - reproduits ci-dessous - nous plongent dans cette perception du flux vital propre à la sensibilité chinoise. Les anciens chinois - en premier lieu les taoïstes -  ont développés une conception unitaire et organique de l'univers vivant où tout se relie. A la base de cette vision originale : le souffle, le souffle primordial qui constitue l'unité.

 

Poème 27

L'infini n'est autre
Que le va-et-vient
Entre ce qui s'offre
Et ce qui se cherche
Va-et-vient sans fin
Entre arbre et oiseau
Entre source et nuage
 

Poème 47

Nous sommes le lieu
En nous fais halte la nuit
Chaque fois
Pour la première fois
Nous sommes l'instant
En nous jaillit le jour
Chaque fois
Pour la première fois 
En nous le lieu
En nous l'instant
Nous consentons à être
Le jour dans la nuit
Pour toute une fois
 

Poème 111

Parfois les absents sont là
Plus intensément là
Mêlant au dire humain
au rire humain
Ce fond de gravité
Que seuls
Ils sauront dissiper
Trop intensément là
Ils gardent silence encore


Poème 185

L'immense nuit du monde
Semée d'étoiles
prendrait-elle jamais sens
Hors de notre regard ?

Et l'immonde de notre nuit
Trouée de cris 
Susciterait-il jamais écho
Hors de notre écoute ? 


Tag(s) : #A -propos- de ...

Partager cet article

Repost 0