Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Réédition, revue et complétée, du billet original ...


Giotto di Bondone ou Ambrogiotto di Bondone (Vespignano ou Romignano, 1267 - Florence, le 8 janvier 1337) est un peintre, un sculpteur et un architecte italien (Toscan) du Trecento (14ème siècle), dont les œuvres sont à l'origine du renouveau de la peinture occidentale. C'est l'influence de son oeuvre qui va provoquer le vaste mouvement de la Renaissance à partir du siècle suivant.

Premier grand génie de l'art pictural italien avant cette  « Renaissance » proprement dite, Giotto marque la rupture définitive de la peinture avec la longue tradition byzantine qui, depuis la fin du monde romain, marquait de sa forte empreinte l’art de la péninsule.

     Giotto di Bondone

Giotto se rattache au courant artistique de la « Pré-Renaissance », qui se manifeste en Italie, au début du XIVe siècle. En cette fin du Moyen Âge, il est le premier artiste dont la pensée et la nouvelle vision du monde aidèrent à construire le mouvement philosophique connu sous le nom d’ « humanisme », qui place l'homme au centre de l'univers et tend à le rendre maître de son propre destin.

 

 


Les fresques que Giotto a peintes à
Florence (église Santa Croce), à Assise (basilique Saint-François d'Assise) et à Padoue (Chapelle des Scrovegni, église de l’Aréna) figurent parmi les sommets de l'art chrétien.


Chapelle-des-Scrovegni-1.jpg
Capella dei Scrovegni PADOVA (Padoue)


Son influence sur les générations d'artistes qui lui succédèrent est immense à tel point qu'on a pu parler d' « écoles
giottesques » à propos de certaines écoles de peinture regroupant des artistes dont l'œuvre a été marquée par celle du maître toscan.





Les premiers travaux attribués à Giotto sont une série de fresques sur la vie de Saint François dans la Basilique qui lui est consacrée à Assise. Puis de 1303 à 1309, il réalise l'extraordinaire série des fresques de la Capella dei Scrovegni à Padoue que j’ai eu la chance de voir. La Chapelle, assez peu spectaculaire architecturalement, est couverte de fresques figurants des « cartouches » (*), organisées en bandes et séparées par des frises décoratives … comme une immense BD moderne. Les compartiments muraux figurent différents épisodes de la vie du Christ et de la Vierge. La beauté des couleurs et le côté hiératiques des scènes du Nouveau Testament représentées créent une ambiance au charme spirituel certain, la ferveur du peintre transparaît dans le moindre des détails, jusqu’au « bleu » miraculeux qui concourt à l’unité de l’ensemble. Je ressens encore l’émotion suscitée par les fresques de Giotto de nombreuses années après ma visite dans cette chapelle …

Chapelle-des-Scrovegni-2.jpg

 

Chapelle-des-Scrovegni-3.jpg
Capella dei Scrovegni PADOVA


Détails



Les photos qui illustrent cet article ne sont pas de mon cru, malheureusement. Elles ont été « miraculeusement » trouvées par Saint Google dans divers sites que je ne peux pas tous citer ici.





 

Marcel Proust dit à propos des Fresques de Giotto dans « Albertine disparue » :

« La voûte entière et le fond des fresques sont si bleus qu’il semble que la journée ait passée le seuil. »

 

(*) Giotto invente le cadre : pour la première fois apparaît une fenêtre imaginaire qui découpe la scène (André Malraux).







Tag(s) : #Peinture - gravure - dessin

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :