Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


hellzapoppin-title-still.jpg


Hellzapoppin
est un film américain réalisé par Henry C. Potter en 1941. Le film fut distribué en France à partir de 1947, le sous-titrage français ayant été fait par Pierre Dac et Fernand Rauzéna. La comédie, initialement intitulée Olsen & Johnson's Hellzapoppin, fut de nouveau montée plusieurs fois ultérieurement (et notamment par Alexander Cohen et Jerry Lewis).

La comédie et le film traitent, sur un mode burlesque, des us et coutumes des milieux du spectacle, du théâtre et du cinéma. Ole (Ole Olsen) et Chic (Chic Johnson) ont entrepris de tourner un film mais le producteur impose un coscénariste, Jeff. Ce dernier est amoureux de Kitty, future très riche héritière convoitée par Woody, un jeune homme fortuné. Parallèlement, Betty, la sœur de Chic, s'est éprise d'un prétendu aristocrate russe, un soi-disant comte qui est en fait un vrai prince russe mais se fait passer pour un aventurier. Quimby, un détective, vient se mêler aux divers quiproquos et en provoquer.

Jeff leur fait entendre qu'ils doivent l'aider à monter une comédie musicale dans leur jardin, donner le principal rôle féminin à Kitty, et ainsi leur permettre de trouver une salle sur Broadway. Jeff fera croire que le producteur est très satisfait mais celui-ci découvrira la supercherie.

Les dialogues frôlent l'absurde (« combien prenez-vous pour hanter des demeures ? » ; « de combien de pièces ? »), des personnages insolites interviennent (animaux parlant, monstre à la Frankenstein), et les gags s'enchaînent à un rythme soutenu, ponctués par celui, en forme de leitmotiv, du machiniste apportant des fleurs ou des arbustes, puis un cèdre, à Mrs Jones. L'orchestre vocal féminin de Lorraine Page, The Six Hits and a Miss apparaît dans le film, une troupe de danseuses (dénommées dans le film The Harlem Congeroos) et les duettistes Slim and Slam interviennent et c'est l'univers d'une comédie musicale foldingue que les réalisateurs tentent de remettre sur les rails de la crédibilité ou, du moins, de ses apparences.


Ci-dessous, un extrait particulièrement représentatif du film ... Comme une explication du mot  "désopilant", "burlesque", ou peut-être "délirant" dans le bon sens du terme ... un film culte en tous cas ... Pas de sous-titres français, malheureusement, mais vous verrez, ce n'est pas vraiment nécessaire ...
 

 

 

La suite ...

 

A voir absolument le film dans son intégralité ... le DVD pas cher ICI


 

Voir sur ce blog  la catégorie mes films cultes

 


Tag(s) : #Mes- films- cultes

Partager cet article

Repost 0