Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog



Johannes Brahms (1833-1897) compose les 3 intermezzi pour piano de l'opus 117 en 1892, comme des "confidences" ... Dans une lettre à Clara Schumann,, son amie de toujours, il surnomme ces trois oeuvres : "Les berceuses de ma souffrance".
J'ai découvert avec une grande émotion le N°3
il y a quelques temps, avec sa mélodie profondément mélancolique qui, après les développements du centre de la partition reviens, enfin, comme un soulagement ...
Partage !
...

Quelle difficulté de choisir une interprétation ... la musique romantique lourde de ses intentions, ne se laisse toujours apprivoiser et les pianistes, même célèbres, en donnent des versions parfois superficielles ... Vous pouvez entendre l'interprétation de Willhelm Kempf,  qui m'a permis de découvrir l'oeuvre, dans la deuxième vidéo ... La première pianiste est exemplaire (selon moi) avec une touche de modernité qui rend la mélancolie brahmsienne encore plus palpable. La troisième version apporte une certaine fraîcheur et une liberté ... À vous de choisir !


La pianiste Svetlana Belsky


Wilhelm Kempf





Une autre version Par Tal Haïm peut-être plus "lumineuse" ...





J. BRAHMS sur ce blog :
Sextuor N°1 opus 18 -
Quatrième symphonie -
double concerto pour violon et violoncelle


Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0