Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Karajan 2Cette 6ème symphonie fut surnommée « Pathétique » par Modeste Tchaïkovski, le frère du compositeur, en raison du caractère extrêmement tourmenté de l'œuvre. Son frère ayant proposé le sous-titre initial "Tragique", Tchaikovski le rejeta, avant d'accepter le sous-titre "Pathétique". En outre, Tchaïkovski avoua, dans une lettre à son frère, avoir beaucoup pleuré en composant cette symphonie. Détail notable, cette symphonie est la première à terminer par un mouvement lent : Adagio lamentoso, ce qui renforce encore le côté pathétique de l'œuvre et le sentiment de désespoir. La mort soudaine du compositeur la même année, quelques jours après avoir dirigé la création de cette symphonie, fit courir la rumeur qu'il avait, comme Mozart, composé son propre requiem. La citation de la messe pour les morts de l'Église orthodoxe dans le premier mouvement est un des éléments qui appuient cette thèse.
La première représentation eut lieu à Saint-Pétersbourg le 28 octobre 1893 sous la direction du compositeur lui-même. Mais l'accueil du public fut très mitigé. Ce n'est que trois semaines plus tard, sous la baguette de Napravnik que la Pathétique connut le véritable succès. Malheureusement, entre temps Tchaïkovski était mort.

J'ai découvert l'extraordinaire pouvoir dramatique et évocateur de cette musique en regardant le superbe film du réalisateur Ken Russell : "The Music lovers" (la "symphonie pathétique" en France) sorti en France le 12 février 1971 ... Les images luxuriantes du réalisateur anglais se marient à merveille avec la musique de Tchaïkovski - d'autant que ce film retrace une partie de la vie du compositeur russe ... (le report en DVD sous-titré en français n'a jamais été fait à ma connaissance ... malheureusement !)


Voici le quatrième mouvement de cette Symphonie Pathétique :

 

 

 

... et la totalité de l'œuvre dirigée par Herbert Von Karajan

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0