Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

Padredav.jpg

 

Dans la série : "Donnons leurs places aux compositeurs oubliés" voici l'étrange cas du compositeur et organiste italien Padre Davide da Bergamo (1791-1863) ... il compose une musique enjouée, parfois à la limite du "mauvais goût,  loin des canons classiques de l'orgue liturgique, que je trouve extrêmement attachante ... Non dénué d'une sorte de "folie-musicale" sympathique, il semble être une réincarnation de G. Rossini (plus ou moins bien "digéré") et d'autres compositeurs belcantistes ...

 

Felice Moretti, plus connu par son nom de religion, Padre Davide Maria da Bergamo est un organiste et un compositeur italien du XIXe siècle. Il naît le 21  janvier 1791 à Zanica, dans la province de Bergame, en Lombardie (Italie) et meurt le 24 juillet 1863 à Plaisance (Piacenza) en Italie.


Eléments biographiques 

 

Padre Davide a été un compositeur particulièrement populaire car il avait développé un style d’écriture pour orgue radicalement nouveau. Très influencé par l’opéra et le bel canto, il sera à l’origine d’un renouveau majeur dans la facture d’orgue italienne, permettant l’épanouissement d’un style sans équivalent dans les autres pays d’Europe : l’orgue-orchestre.

L’orgue-orchestre a cela de particulier qu'en plus des jeux traditionnels que tout organiste s’attend à trouver sur un instrument, de nouveaux jeux, inspirés par l’orchestre d’opéra, voire d’opérette, vont faire leur apparition, en particulier des percussions, des clochettes, des roulements de tambour.

Inépuisablement inspiré, Padre Davide écrira environ 2400 pièces : symphonies, concerto, andante, adagio, pastorales, sonates militaires, marches, versets, épisodes de messes (offertoires, élévations, communions, etc.), vêpres, hymnes, etc.

Tombée dans l'oubli après la réforme cécilienne qui imposa un style plus réservé à la musique liturgique, l'œuvre musicale religieuse de Padre Davide, redécouverte dans les années 1970, a de quoi surprendre par son style qui paraît aujourd'hui plutôt irrévérencieux, rappelant curieusement la musique de cirque, de carnaval ou d'orgue de Barbarie. L'auditeur d'aujourd'hui a du mal à imaginer qu'une telle musique ait pu être jouée dans les églises à l'époque. Elle est donc le témoignage précieux d'une époque et d'une mode.

 

Jugez vous-mêmes :

 

Sinfonia en Si bémol majeur

 

 

 

Élévation en Ré mineur

 

Tag(s) : #MUSIQUE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :