Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Dame Gwyneth Jones est une Soprano galloise né à Pontewynydd le 7 novembre 1936. Cantatrice majeure, elle savait comme personne transmettre l'émotion et l'essence du drame opératique.

Durant la saison 1962-63, elle débute à Zurich comme mezzo-soprano. Elle aborde certains rôles de ce répertoire : Amnéris dans Aïda, Orphée de C.W. Gluck ... Elle rencontre le chef d'orchestre Nello Santi,  titulaire du répertoire italien à l'opéra de Zurich qui lui affirme qu'elle a une voix de soprano : " Quand il m'a entendue dans les roles de mezzos allemands, dit-elle, il m'a affirmé : "vous êtes une soprano, jamais je vous ne chanterez des rôles de mezzo avec moi !" Il tint parole".
Avec confiance elle débute alors, comme soprano, dans le rôle d'Amélia du Trouvère de Verdi. Le succès remporté et son propre vécu la conforte dans l'idée qu'elle est une soprano lirico-spinto et continue sur sa lancée en chantant Lady Macbeth dans l'opéra de verdi du même nom. Elle fait ensuite ses débuts au Covent Garden dans le rôle de Léonore de Fidelio en remplacement de Régine Crespin en 1964 ... Toujours au Covent Garden elle aborde des rôles exigeants sous la direction de G. Solti comme Sieglinde (La Walkyrie -R. Wagner) Senta (Le vaisseau fantôme - Wagner) Elisabeth (Don Carlos de G. Verdi). 1966 est l'année où elle se classe parmi les toutes premières cantatrices internationales en chantant dans les opéras de Rome, Genève, Vienne, Munich et Berlin. Elle chante pour la première fois à Bayreuth ou son apparition en Sieglinde est une révélation lumineuse pour tous. Depuis ces débuts fracassants elle apparaît, d'années en années, dans le temple du wagnérisme : 1968, Eva (Les maîtres Chanteurs de Nuremberg) 1969-70, Kundry (Parsifal) et Senta, Sieglinde en 1970 et Elisabeth et Vénus (Tannhauser) en 1972. Elle sera surtout l'exceptionnelle Brünnhilde (Tétralogie) du centenaire mise en scène par Patrick Chereau et dirigée par Pierre Boulez (4 DVD d'exception). Elle se produit pour la première fois à l'opéra de Paris dans Léonore du Trouvère en 1973. Ensuite elle aborde avec succès les rôles de Poppée (le Couronnement de Poppée - Claudio Monteverdi) en 1979, La teinturière (La femme sans ombre - Richard Strauss) en 1980, Isolde (Tristan und Isolde - R. Wagner) Elektra (Richard Strauss) 1987 - 1992 - 1993, après avoir abordé le rôle titre de Turandot (Puccini) en 1984. Elle se consacre définitivement aux rôles de soprano dramatique.
En 1996, à plus de soixante ans, Elle fait ses débuts au festival de Salzbourg dans le rôle de la veuve Begbick (Grandeur et Décadence de la ville de Mahagonny).
Elle
se produit encore à Munich en 2007.

Sa voix au timbre si particulier, est entachée parfois d'un vibrato très prononcé à certains moments de sa carrière. Elle est, malgré tout, toujours convaincante grâce à sa présence scénique et son intelligence des rôles. Ses talents d'actrice sont salués maintes fois ainsi que son engagement vocal ... Pour elle, rien n'est jamais joué puisqu'elle doit parfois se battre contre son organe vocal, pas aussi ductile qu'elle le voudrait, ce qui lui donne encore plus de possibilités d'émouvoir (comme Callas, avant elle). Un hommage également à la beauté de la dame qui lui permet d'aborder les rôles avec crédibilité. (on peut le constater dans la vidéo ci-dessous, dans le rôle de Vénus)
Avec un répertoire de près de cinquante rôles, Gwyneth Jones n'a pas encore mis tout à fait le point final. Pour elle, chanter c'est vivre. Et vivre c'est aimer. Aussi n'est-il pas étonnant qu'elle choisisse Khalil Gibran pour se décrire, à savoir : "Le travail est l'amour rendu visible".
Quelques exemples vidéo, représentatifs de quelques étapes de sa carrière ...

Rôle de Vénus dans Tannhauser de Richard Wagner à Bayreuth en 1978,
Duo avec le Tannhauser du ténor bulgare Spas Wenkoff.
Mise en scène de Götz Friedrich.

Direction Sir Colin Davis.



Le "
Crépuscule des Dieux" (scène finale) 4ème opus de la Tétralogie : "L'anneau des Nibelungen" dans la fameuse production Chéreau / Boulez de 1978 (enregistrement 1980).




Air  Amélia, "D'amor sull'ali rosee" du
Trouvère de G. Verdi en 1964


Rôle de Senta dans le "Vaisseau Fantôme" de Richard Wagner (1973)
___________________________________________________
Voir aussi les autres cantatrices de cette série d'articles biographiques :

- Gundula Janowitz
- Kirsten Flagstad
- Kathleen Ferrier
- Maria Callas
- Marilyn Horne I et II

- Edda Moser I et II

Consulter aussi le sommaire du Blog


Tag(s) : #OPERA- et- musique- vocale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :